Bernardino Fantini

Institut d’histoire de la médecine et de la santé, Université de Genève